Feeds:
Articles
Commentaires

Au  11 janvier 2010, Baidu est attaqué par les pirates Iraniens.  Mardi 12 janvier, dans un communiqué de David Drummond, le vice-président chargé du développement et des affaires juridiques, publié sur le blog officiel de Google en détaillant ses griefs contre les autorités chinoises.  Dans la conférence , google a annocé que’il peut être va quitter la Chine et aussi va fermer le bureux chinois.

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2010/01/13/google-s-estime-victime-d-une-attaque-ciblee-et-menace-de-quitter-la-chine_1291117_651865.html#ens_id=1290946

    Après de fermer le YOUTUBE et des autre sites webs,maintenant, c’est la tour de  Googel qui va  quitter le marché chinois, Baidu va devenir le seul moteur de recherche, Baidu va occuper tous le marché d’information. D’une partie, il n’existe pas de concurrences, Baidu est le monopole. D’une autre partie, le contrôle d’autorisé va facilier.

    Je pense que c’est vraiment grave pour la futur de la liberté et la démocratie chinoise. Je suis triste de cette activité ministrériel.

Publicités

Le Groupe Hearst et le Groupe Trends

Il paraît que le Groupe Trends occupe la première place du marché de la mode en Chine, selon les chiffres d’affaire de vente et de publicité, chaque magazine de ce groupe est dans le Top-ten. Le Groupe a commencé coopérer avec les autres médias étrangers depuis le 1990s.

En 1997, le Groupe a créé une société de la publicité en coopérant avec l’entreprise IDG (INTERNATIONAL DATA GROUP) ; en 1998, le Groupe a fait la coopération du copyright avec le magazine « COSMOPOLITAN » ; en 1999, le Groupe a fait la coopération du copyright avec le magazine « Esquire » ; en 2001, le Groupe a signé l’accord avec « Traveler » ; en 2003, le Groupe a créé « FHM » en coopérant avec le magazine « FHM » ; il a créé « TrendsBazzar» en coopérant  avec le magazine « Harper’s BAZZAR. Et en plus, le Groupe Trends posséde aussi « Men’s Health», « TrendsHome» « TrendsTime», etc.

Fais un exemple du magazine « COSMOPOLITAN », il y a environ 25 pour cent des contenus qui sont achétés sur le Groupe Hearst chaque mois. Le Groupe Hearst a distribué des magazines à plus de trentes pays dans le monde. « COSMOPOLITAN» en version chinoise receverra tous les autre versions étrangères, si il y aura des articles intéressés, il pourra achater des article dans le mandatement du Groupe Hearst. Le Groupe Hearst a un stardand commun. Mais la charge d’achat le copyright est vraiment un grand fardeau. Donc, la version chinoise aimerai projeter des sujets supers pour attirer des autres versions et des lecteurs. Par cet exemple, on peut trouver que la concurrence existe aussi le même Groupe,dans des différentes versions.

Maintnenant, je veux étudier des moyens d’opération du Groupe Trends

Le premier, suivant le moyen d’opération de la socitété IDG. Réalisant la rendabilité économique est le but du Groupe Trends. Des contenus, des idées, des actions et des distributions sont tous autour de la rendabilité.

Le deuxième, implantant une forte marque. La marque est un capital incorporel, il est fabriqué par des actions comme la publicité, la charite, le sponsoring et l’exposition, etc. Par exemple, depuis l’année 2004, « TrendsBazzar » organise ’la soirée charitable des vedettes ‘ . Cette action attire une grande influence sociale, car des vedettes et des luxes sont toujours dans le centre de l’attention. Par cette action, « TrendsBazzar » devient la première marque du magazine à la mode. Et en plus, pour développer et assurer la fidèle du magazine, le Groupe Trends fait entrer un club des lecteurs.

Le troisième, développement des multimédias. Majorité des magazines étrangers ont le site internet, par exemple le site internet de « Vogue » : STYLE.COM. Le site combine des canals des marque luxueux et devient un nouveau média hors le magazine. Bien que le marché luxueux de la Chine n’est pas développé comme les autres pays, mais le Groupe connais l’importance du médias internet. Il donc crée le site TRENDSMAG.com. Le site est composé du contenu, du forum et du Groupe Trends. Le but est pour transformer des nouveaux informations, recevoir des opinion et des conseils des lecteurs.

Le quatrième, l’opération indépendante de la publicité. Le Groupe Trends a le secteur publicitaire qui est totalement libre. N’importe le Groupe Hachette ou le Groupe Trends, l’opération de la publicité est un des affaires centraux. Qui posséde les lecteurs, qui intéresse les agents publicitaires.

En tout cas, le marché du magazine chinois attirent des Groupes multinationaux, mais la situation chinoise emprêche l’entré des capitaux internationaux.

Après la réformation et l’ouverture d’économie, plus et plus des groupes des magazines multinationaux a inversti au marché chinois en s’appuyant sur ses ressources abondantes. La Chine est considérée comme la base du marché de la langue chinoise. Les groupes multinationaux ont accumulé beaucoup d’expérience et fomé un system des théories dans un long temps d’opération. Quand ils ont coopéré acez des médias chinois, une partie, ils ont introduit les pensés globales dans la Chine, un autre partie, c’est la première fois qu’ils ont contacté le marché chinois, ils ont eu besoin de réorganiser un nouvelle entreprise. Le processus de fixer la cible, de le style a réalisé le changement de la mondialisation à la localisation.

Actuellement, dans le marché chinois, il y a qutre groupes multinationaux, je voudrais essayer de présenter et analyer les statégies du développement.

 

Le Groupe de l’Hachette Filipacchi

Dans l’histoire des magazines de la mode, au debut, il y avait qutre groupes qui ont mené à ce type de magazine. Ils sont le Groupe Hearst (Les Etats-Unis), le Groupe Conde Nast (Les Etat-Unis), le Groupe Hachette Filipacchi (La France) et le Groupe Marie Claire (La France). Seulement le Groupe Hachette est entré le marché de la Chine en réorganisant une nouvelle entreprise avec la maison d’édition chinoise.

La Chine est un pays complex, le Groupe a fait trois étapes. Au début, développement le marché de HongKong. Après, c’était le continent chinois, et ensuit, le marché de TaiWan.

A HK, le Groupe Hachette Filipacchi a créé «ELLE» en langue chinoise en 1987, après il a crée «Car & Driver» en 1989, dans l’année 1994, il a créé «Lotus». En fait, l’environnement de la politique de HongKong est plus libre que le continent chinois. Le Groupe a choisi HongKong comme le début, c’était vrai une décision sensée.

Dans le continent chinois, il a créé «ELLE» en 1988, créé le magazine sportif « Combattre » en 1994, créé « Car & Driver» en 1995, créé « Woman’s Day » en 1997.

A TaiWan, le Groupe a créé « ELLE » en 1991, créé « PREMIERE » « Orient Beauty » « Car & Driver » en 1997.

Le Groupe Hachette Filipacchi a aussi exploité des magazines locals, par exemple il a achété des magazines japonais en Japon et achété « Marie Claire » en Chine.

Pour entrer au continent chinois, le Groupe Hachette est réalisée en coopération avec la maison d’édition—Shanghai Translation Publishing House. C’est un progrès énorme dans l’histoire du magazine en Chine. Selon les règlements gouvernementals chinois, quand les Médias ou les Institutions culturelles attirent les capitaux étrangers, il faut assurer la position du contrôle absolu des capitaux nationals, c’est à dire que la maison d’édition d’origine doit posséder une action plus de cinquante et un pour cent. Ainsi, au début de coopération, le Groupe Hachette est seul responsable des ventes des publicités à étranger et des fournisseurs du contenu. De la partie chinoise, elle est responsable des choix, d’organiser, d’édition, de distribuer de contenu, etc.

Mais suivant la passe du temps, le Groupe a enregistré l’entreprise publicitaire et aussi l’entreprise de la distribution. Tous les employés inclus le rédacteur en chef sont embauchés et payés par le Groupe direct. Chaque mois, le commissaire international qui est responsable du contenu vient pour guider. La partie chinoise est seule à vérifier les contenus et les publicités. Le Groupe donc réalise de contrôler tous les opérations de « ELLE » et en plus le Groupe Hachette étend cette modèle à ses autres magazines en Chine.

Le but final des Groupes multinationals du magazine cherchant les partenaires chinoises est pour baisser le seuil des politiques, mais pas de la demande de la localisation.

Après son entrée en Chine, le Groupe a bien apprécié les études du marché chinois. Il a invité le Groupe AC Nielsen pour à faire l’enquête, il a inculqué la cible et le marché à tous les employés, etc. Le grand résultat du Groupe Hachette vient de les meilleurs mesures d’opération.

Le premier, une sélection sérieuse des directions. La domaine du magazine est différente que les autres, en raison des divers de langues et cultures, les entreprises étrangères qui fabriquent et distribuent des magazines en Chine bien dépendent des hommes locaux. Quand « ELLE » a commencé de publier en Chine, tous les employée étaient chinois sauf lesquels qui étaient responsable de la publicité. Madame ZHANG YU, rédacteur en chef de « ELLE », est chinoise, après avoir obtenu un diplôme Master en Chine, elle est allé en France pour faire ses études en MBA. Elle a bien connu les deux cultures, et en plus elle pourrais traiter des choses d’affaires conformément aux situations actuelles de la Chine.

Le deuxième, partage du travail en spécialisation. Comme un groupe multinational, le Groupe Hachette nous présente une meilleure modèle d’opération effective et de partage du travail spécialisé. Dans l’intérieur du groupe, le travail est divisé le partage horizontal et le partage vertical. Le partage horizontal est entre les magazines indépendants. En fait, chaque magazine est comme une petite filiale, il est chargé de l’édition du magazine et dans le même temps, il rend compte des affaires au Groupe. Le partage vertical signifie les organisations qui divisent par la fonction, par exemple la vente et la fabrication des publicités, les photos, la distribution, etc. Entre les organisations, ils appliquent le commerce intra-industrie. C’est à dire que tous les services que les filiales offrent sont circulantes. J’ai fait un exemple d’une filiale de photo. Le Groupe Hachette posséde environ 220 magazines, et les majorités sont à la mode, ils ont besoin d’utiliser nombreux des photos. Donc le Groupe crée une filiale professionnelle de photo pour coordonner les magazines. Maintenant, la filiale de photo est déjà devenue une des plus célèbres fournisseurs.

Le troisième, l’auto-positionnement particulier. En base de la culture du Groupe Hachette, « ELLE » en version chinoise présente son esprit : The freedom to be yourself anytime anywhere ; Always the same, never the same. Le principe fondamental de « ELLE » est You are the one.

« ELLE » est distribué dans plus de trente pays. Tous les versions peuvent profiter des ressources ensemble, mais ce n’est pas gratuit. De la côté du Groupe, une partie, cette action peut frabriquer une meilleur image internationale ; une autre partie, elle peut encourager tous les versions en développement les contenus locaux.

Maitenant, « ELLE » en version chinoise a déjà développé une équipe professionnelle qui a des journalistes, des éditeurs, des photographes, des designers, des mannequins et des free-lancers. Suivant le développement, il y a plus contenus locaux.

Le quatrième, le management de la publicité. En Chine, plus et plus des personnes critiquent que les magazines est contrôlé par les agents publicitaires. Mais je pense que les magazines à la mode doivent maintenir leur indépendance en dépendant des publicités. Les magazines doivent avoir un principe fondamental : le contenu est le roi. C’est le contenu qui attire les lecteurs. Perte les lecteurs, on va perdre les agents publicitaires. Le Groupe Hachette indique que le lecteur est pensé plus haut de la publicité. Mais, cette tactique ne s’accorde pas avec le marché chinois. Ici, c’est la proportion du revenu de la publicité et la distribution de majorité des pays du monde.

PAYS REVENU DE LA PUB(%) REVENU DE LA DISTRIBUTION(%)
Les Etats-Unis 69 31
L’Allemagne 62 38
La Tchéquie 59 41
L’Italie 55 45
La Mexique 42 58
La Grande-Bretagne 38 62
L’Espagne 37 63
La Suède 37 63
La France 35 65
La Belgique 35 65
La Finlande 30 70
L’Australie 27 73
L’Irlande 27 73

En France, le revenu de la distribution est presque double de la publicité, c’est normal en Europe. Mais, en Chine, la cible principale du magazine à la mode est les jeunes qui ne sont pas les plus grandes et les plus riches couches en Chine. Selon la situation actuelle de la Chine, le Groupe Hachette fait régler des stratégies. Un, la fabrication de la filiale locale. Deux, la subdivision du marché, par trouver des différents cibles, le magazine peut proposer des services et des contenus plus et plus diversifications.

Modèle économique

1.1  Définition de la modèle économique

Le Dictionnaire des sciences économiques et sociales

 « Terme utilisé pour une représentation du fonctionnement d’une économie fondée sous la forme d’un ensemble d’équations mathématiques comprenant des variables, des paramètres et des coefficients pondérateurs..
    Supposons qu’un chercheur étudie l’inflation. Il lui faut définir avec précision ce qu’est l’inflation, trouver une mesure de la hausse des prix, retenir certains éléments explicatifs (qui peuvent être en relation avec un courant de pensée économique). Pour étudier un phénomène, il faut cerner ce qui paraît significatif du phénomène étudié, trouver des variable explicatives et leur mode d’action. A priori on ne sait pas dans la formation des prix toute une série d’éléments. Le chercheur peut décider d’étudier l’influence sur l’inflation des coûts de production, des profits, de la monnaie, des inégalités de revenus, du consensus social, de l’existence d’une concurrence pure ou imparfaite…D’un modèle à l’autre, les mêmes variables explicatives peuvent être différentes. Il faut aussi établir des relations entre les variables explicatives et le phénomène étudié. Ainsi, l’économiste peut considérer qu’une diminution de l’offre faisant face à une demande inchangée fera monter les prix ou qu’une inégalité des revenus impliquera des luttes sociales revendicatives tendant à augmenter les revenus en impliquant une réaction sur les prix pour maintenir un profit important… Ces éléments constituent les règles de fonctionnement d’un modèle. »

Le Dictionnaire d’histoire, économie, finance, géographie

« Représentation formelle de connaissances relatives à un phénomène que l’on cherche à expliquer. Un modèle est constitué d’un ensemble d’équations articulées les unes par rapport aux autres, les comportements des agents étant formalisés sous la forme de fonctions (de consommation, d’épargne, d’investissement…). Les principaux modèles français sont : FIFI (utilisé pour la préparation du IVème Plan à la fin des années 60), DMS (dynamique multisectorielle, utilisé pour tester les politiques du VIIIème Plan), METRIC. Ils ne sont pas des modèles d’optimisation (comme ceux que l’on pouvait trouver en URSS dans le cadre de la plannification centralisée), mais des modèles de simulation (tests d’hypothèses, construction de scénarios) (…). Les modèles sont devenus un instrument indispensable en matière de prévision macroéconomique, mais les résultats obtenus par les simulations sont très incertains. Utilisés au début des années 80, par exemple, pour tester les effets d’une baisse du temps de travail, ces modèles prévoyaient une nette diminution du nombre de chômeurs qui en réalité n’a pas eu lieu (lors du passage des 40h au 39h en 1982). Dans ce cas précis les modèles économétriques ont transformé presque instantanément la réduction du temps de travail en hausse de l’emploi sans tenir compte des effets microéconomiques (problèmes de recrutement dans les entreprises, baisse de la productivité du fait de l’embauche de personnes moins performantes, coût d’adaptation au poste de travail) et sans pouvoir tenir compte des changements de comportement des agents économiques par définition difficilement modélisables (volonté des chefs d’entreprise de ne pas embaucher en dépit des besoins afin de compenser la hausse des coûts liés à une réduction du temps de travail avec compensation salariale intégrale) ».

1.2 Histoire de la modèle écomonique

Un des principaux problèmes adressé aux modèles économiques est la compréhension de la croissance économique. L’une des premières tentatives de modélisation date de l’école physiocratique au XVIIIe siècle, avec le Tableau économique élaboré par François Quesnay.

Tout au long du XVIIIe siècle (et bien avant la publication par Adam Smith de la Richesse des Nations en 1776 qui marquera la fondation de l’économie politique moderne), de simples modèles de probabilités ont été utilisés afin de comprendre les mécanismes de l’assurance. Ces modèles furent des extrapolations des jeux de hasards, et ont eu un important rôle dans le développement de la théorie des probabilités et dans le développement de la science actuarielle. Beaucoup des grands mathématiciens du XVIIIe siècle ont contribué dans ce domaine. Autour des années 1730, Abraham de Moivre aborde certains de ces problèmes dans la 3ème édition de la doctrine de la chance (The Doctrine of Chance). Auparavant, Nicolas Bernoulli a étudié les problèmes relatifs à l’épargne et l’intérêt dans Ars Conjectandi. En 1735, Daniel Bernoulli étudie les probabilités morales dans Mensura Sortis, où il introduit ce que l’on appelle désormais l’utilité logarithmique de la monnaie et l’applique aux jeux de hasards et aux problèmes d’assurance et trouve une solution au paradoxe de Saint-Pétersbourg. Tous ces développements sont résumés par Laplace dans Théorie analytique de la probabilité (Analytical Theory of Probability) publié en 1812.

En France, la modélisation a été initialement développée au sein de la Direction de la Prévision et à l’INSEE, qui sont encore, avec quelques centres de recherche, les principaux utilisateurs des outils de modélisation économiques.

1.3 Les types des modèles

Modèles à court terme

Modèles à long terme

Modèles microéconomiques

Modèles maroéconomiques

Technique des scénarios

Modèles intuitifs

Le début d’étudier lE-journal a commencé à 80s aux Etats-Unis. LE-journal, notamment signifie l’édition,la publication, la distribution dun magazine en base des techniques dordinateur, des reseaux dinternet. Au début, le contenu de lE-journal est vers lordinateur, la technique et le reseau. Mais, aujourdhui, lE-journal est plus divers.

La distribution de lE-journal a deux moyens. Lun est distribution par le magazine, en général, celui est grand magazine, il distribue lE-journal à linternet lui-même, et li contrôle lE-journal du contenu à l’édition. Lautre est par lagent de la presse. Lagent propose une plate-forme où les différents magazines peuvent mettre ensemble. Il est facile de chercher et organiser. Les usagers sinscrivent directement à lagent.

    Le prix de lE-journal est difficile de déterminer. Car le grand change de distribution, lE-journal na pas un system stable comme la presse, et en plus, lE-journal a un grand lien avec les techniques dordinateur, le prix est influencé par les elements extérieurs. LEditeur a peur que le développement de lE-journal puisse limiter le presse. Donc, majorité des Editeurs ventent le magazine et lE-journal ensemble.

    En Chine, lE-journal est en vogue, il est plus avantages que le magazine en papier.

Dabord, il est gratuit, donc il peut attirer beaucoup de personnes et aussi les clients publicitaires.  Maintenantn, tous les E-jouranaux en Chine sont gratuits, ils gagnent par les publicités. Ensuite, il est interactif, par les logiciels, fait un magazine nest pas du rêve. Les consommateurs peuvent devenir des éditeurs, ils peuvent faire un magazine leurs-mêmes. Et les consommateurs peuvent aussi participer les discussions du sujet, achéter les produits sur le-journal. Et en plus, lE-journal utilise plus médias comme le Flash, le photoshop, le pagemaker, le movemaker, les infomations sont proposés en plusieurs moyens. En fin, lE-journal na pas besoin des papiers, il est plus économique et plus propre .

    Mais, lE-journal a aussi des défauts . Le premier, majorité de lE-journal na pas de bons contenus et un cible précis. Le deuxième, les logiciels de lE-journal sont complex et limite.

     Maintenant, la plate-forme la plus célèbre en Chine est ZCOM .COM, elle a aussi du logiciel de fabriquer, éditer lE-journal.

    Je suis née à Qingdao dans la province de Shandong en Chine. Ma ville est aussi le nom d’une bière, Tsingtao. Il y a une autre grandes entreprise de ma ville, c’est Haier, le troisième fabricant mondial de produits électroménagers.

    Située sur les rives de la mer Jaune, ma ville est devenue récemment un actif centre nautique. C’est là que se déroulèrent les épreuves nautiques des Jeux Olympique d’été de 2008. Elle a également été en janvier-février 2009 une étape de la Volvo Ocean Race( course à la voile autour du monde en équipage).

    Qingdao est aussi une ville touristique, il y a beaucoup de paysages: Lao Shan, montagnes abritant des sanctuaires Taoîstes; Place du Quatre Mai, c’est une place au bord de la mer; Ba Da Guan, c’est un quartier qui a composé de maisons héritées de l’architecture allemande et japonaise; Le parc Zhong Shan,  c’est un parc célèbre pour les sorties nocturnes et ses animaux; La jetée Zhan (Zhan Qiao), auquel le logo de la bière Tsingtao s’est inspirée. Ba Da Guan

La jetée Zhan en hiver

La Place de Quatre Mai

Lao Shan

     Lao Shan

china

    La Chine est un pays d’Asie de l’Est dont l’Etat prétends actuellment détenir la souveraineté: la République Populaire de Chine. La Chine s’étend des côdes de l’océan Pacifique au Pamir et aux Tian Shan et du désert de Gobi à l’Himalaya et aux confins de la péninsule indochinoise, couvrant 9677009 kilomètres carrés. La population de plus de 1295millions d’habitants. La Chine fut pendant des siècles la civilisation la plus avancées, des grands succès dans nombreux domaines tels que les arts, la médecine ou les sciences. Elle fut à l »origine de nombreuses inventions: par exemple la poudre à canon, le papier, l’imprimerie xylographique dès le IX siècle ou encore la boussole.  La civilisation chinoise a fortement imprégné toute l’Asie de l’Est, notament aux niveaux religieux  (confucianisme et taoîsme ) et linguistiques.

    La civilisation chinoise,  qui perdure depuis près de cinq mille ans, est l’une des plus anciennes civilisations au monde, et est souvent cité comme la plus ancienne civilisation continue. Elle trouve son origine dans la vallée du Huang He puis s’est étendue vers le sud, vers l’ouest et vers le nord. Au cours de l’histoire, la Chine a été à plusieurs reprises divisée puis réunifiée et elle a été par deux fois entièrement conquise par autre nations.

    Après l’ouverture économique, la Chine développe vite. Au mois d’octobre 2009, la Chine est la troisième puissance écomonique mondiale derrière les Etats-Unis et le Japon. Exprimé en parité de pouvoir d’achat, elle est la deuxième puissance économique mondiale, derrière les États-Unis.

    Le développement économique actuel de la Chine est l’un des plus rapides du monde, puisque l’on y enregistre  une croissance dont la moyenne, depuis près de vingt ans, se situe aux alentours de dix pour cent. Cette croissance est essentiellment tirée par les investissements et les exportations. La Chine est aujourd’hui le premier exporatateur mondial, avec un montant des exporations de 1435 milliards dollars en 2008. L’essentiel de ce commerce se fait avec l’Union Européenne (20,4%), les Etats-Unis(17,7%), Hong Kong et le Japon. Les points forts des exporations chinoises sont les tracteurs, les montres et les jouets, les appareils photographiques et les ordinateurs portable (55% du marché), les téléviseurs et les machines à laver et l’acier.

    La présence des entreprises étrangères sur le sol chinoise est en grande partie à l’origine de la forte accélération de la croissance des exporations. Elles ont attiré la main-d’oeure qualifiée dans les zones côtières où elles se sont implantées. Seulement 41% des exportations chinoises proviennent d’entreprises intégralement chinoises.